Partagez | .
 

 Haosha Mizutirigi [70 %]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haosha Mizutirigi


avatar

Masculin
Nombre de messages : 427
Age : 23
Localisation : Où bon me semblera
Affinitée(s) : Doton
Date d'inscription : 04/08/2007

Feuille de personnage
Réputation:
Points cadeaux:
7/7  (7/7)

MessageSujet: Haosha Mizutirigi [70 %]   Ven 11 Juil - 0:01


Mizutirigi Haosha



►Nom et prénom: Mizutirigi Haosha

►Age: 20 ans

►Nindo: jé pa de nindo lol 

►Village: Suna

►Rang désiré: Le maximum qu'on me donnera o:

►Kekkai Genkai (ou Capacité spéciale): Hikariton (maîtrise de la lumière)

►Affinité: Futon / Doton

►Spécialité: Ninjutsu / Sensoriel / Kuchyose


Physiologie




Le plancher craqua doucement, tandis qu'un homme aux cheveux ivoires pénétrait la sombre pièce. Avant qu'il foula le lieu d'un second pas, la pièce s'éclaira d'un halo de lumière blanche, sans que pourtant il n'eut besoin d'allumer quelconque lumière. A l'opposé de la pièce, un miroir se distinguait, encadré d'un bois sombre. Doucement, tâchant de ne pas rompre le silence de la chambre, il avança jusqu'au cadre. Quand apparut son image, ses yeux s'écarquillèrent, cela faisait si longtemps qu'il ne s'était plus observé.

Son visage était lourdement marqué par des cernes obscures, traduisant un manque de sommeil persistant, qui ne l'avait plus quitté depuis de nombreux mois, voir de nombreuses années. Cependant, on pouvait encore lire, dans ses petits yeux marrons, un regard vif, rieur, mais qui semblait dévoiler une forme indéniable de mystère. C'était là peut être le point le plus traître de son visage, de là découlaient toutes ses émotions. De fins sourcils ivoires surplombaient son regard, qu'il tâchait d'entretenir comme il pouvait, rudimentairement, afin de conserver un minimum de prestance. Encore qu'il venait à se demander parfois pourquoi il portait à cette partie tant d'importances, quand des mèches de cheveux venaient si souvent recouvrir son front. Ces mêmes cheveux étaient coupés de manière grossière, à mi-longueur, et d'une couleur telle qu'ils semblaient irréels. De part et d'autre de son visage, quelque peu dissimulées, se dressaient ses deux courtes oreilles, toujours à l’affût d'un bruit qui viendrait rompre sa contemplation. Abaissant son regard, il parut oublier son nez, tant il semblait perdu, par sa taille réduite, au milieu de son visage. Un point retint un long moment son regard, fixé sur ses lèvres. Alors qu'il ne montrait aucune émotion particulière, celles-ci semblaient dessiner un sourire fin, qu'il n'avait jamais vu disparaître de son visage. Ce dernier concluait un visage pointu, définitivement marqué par la route, et ce destin qu'il avait décidé de suivre. 

Un large évier blanchâtre se dressait en dessous du miroir et cette vue traça un sourire un peu plus large sur son visage, l'égayant de manière brusque. Aussi rudimentaire qu'elle soit, il oubliait volontairement sa condition en échange d'un peu de toilette. Alors qu'il déposait sa main sur la poignée qui ferait couler l'eau, il remarqua de nombreuses cicatrices, de nombreuses traces, témoignant d’entraînements et de combats intensifs. Alors qu'il n'arborait qu'une vingtaine d'années, celles-ci semblaient avoir parcouru le temps. Noircies par le voyage, il leur fit reprendre leur habituelle clarté avec un léger filet d'eau. Ses ongles étaient soigneusement taillés, prouvant une nouvelle fois une certaine élégance, ou du moins une envie de le paraître. Retournant ses mains, il captura un filet d'eau, le jetant allègrement sur son visage. Relevant donc son regard, il se contempla une nouvelle fois, de manière plus globale. Il n'avait jamais été d'une large carrure, puisqu'il ne pesait qu'environ soixante-cinq kilos pour un mètre soixante dix-sept. Néanmoins, il ne paraissait pas pour autant squelettique, ses muscles sculptés au fil de ses nombreuses aventures. Ses vêtements avaient depuis longtemps perdus leur teinte, mais on pouvait encore deviner leur couleur d'antan. Il portait une sorte d'ensemble noir, composé de chaussures simples, d'un pantalon relativement serré, et d'une sorte de chemise aux rebords rouges, ceux-ci s'étant assombris avec le temps. Afin de parfaire sa tenue, il possédait en plus une sorte de kimono blanc, aux quelques motifs bleus, qui recouvrait une seule épaule, et fermés à la ceinture d'une bandeau de tissu blanc. 

Cette tenue, bien que simple, avait toujours été celle qu'il avait porté, osant de temps en temps quitter son kimono, afin de se déplacer de manière plus ample. Séchant ses mains auprès d'une petite serviette, il replaça de longues bandes blanches autour de celles-ci, il avait depuis toujours l'habitude de les protéger succinctement. Doucement, il tourna le regard, observant au pas de la porte une tenue, la tenue de guerre de son clan, une parure blanche complète. A peine cette vision lui arriva qu'il détourna le regard, il n'était pas l'un d'eux, ceux qui servaient et se tuaient au champ de bataille, lui n'était plus qu'un vagabond à l'allure banale. 


Psychologie



Une voix rompit tout à coup l'étrange silence qui emplissait la pièce jusque lors. Une voix lourde, très peu féminine, et qui ne savait conclure autrement ses phrases que par des insultes. Il crut d'ailleurs en entendre une ou deux distillées ci et là. Sûrement cette vieille femme qui gardait le lieu. Lâche, criminel, traître, irrespectueux, vulgaire, pervers. Il avait entendu tant de fois ce genre de mots que peu d'entre eux ne l'atteignaient maintenant. Entendant de lourds pas dans les escaliers, il jeta une pièce faite d'un métal doré, sûrement de l'or au pas de la porte, afin que l'animal qui servait de gérante ne l'importune pas. 

Malgré tous les défauts qu'il pouvait posséder, il ne rechignait jamais à payer son dû, quelque soit l'origine de son argent. Honnête, oui, il l'était, dans une conception bien particulière du terme. Dans son esprit, il n'était pas paradoxal de commettre quelques crimes ci et là, si en contre partie il faisait parfois preuve de bonté. Peut être que dans le monde tel qu'il était, il n'était simplement qu'un de ces criminel de bas étage, un traître ? Non, il n'aimait pas ce mot, il ne l'était pas. Ou du moins il refusait de croire qu'il puisse l'être. Ce mot l'avait tant suivi toute sa vie, que le seul fait d'entendre ce terme le poussait hors de ses gonds. Tant de fois on l'avait rabaissé ainsi, il avait trahi sa famille, le clan dont il était originaire, les faits d'armes de ses proches, et le monde entier à en croire les dires. Il avait été évincé de son clan certes, mais avait-il mal agi lui, le seul héritier véritable ? Il était né empli de perversion et n'avait juste jamais voulu renier sa condition. A quoi bon ? C'était au moins une chose qu'il assumait parfaitement, il aimait un peu trop l'excès, et pousser le vice jusqu'au bout ne faisait que de le conforter dans ses propres définitions de la normalité. Malgré cet indéniable défaut, on ne pouvait lui amputer une chose, il faisait tout ce qui était en son possible pour paraître un vrai gentleman, un homme de prestance, peut être l'unique chose qu'il avait su garder de son éducation. 

Celle-ci avortée à quinze ans, il n'avait eu que le monde pour l'éduquer, et cela ne l'avait jamais dérangé. Le respect, il l'avait appris sur le tas, au milieu des criminels et des honnêtes gens, cependant, on ne pouvait pas pour autant l'estimer irrespectueux, parfois rustre, mais jamais violent dans ses paroles. La violence, oui, il l'avait connu et l'avait usé de nombreuses fois. Le contrôle de soi restait néanmoins l'une de ses plus grandes qualité, dans les situations de grand danger, il savait contenir ses gestes, ses actions. Ce n'est pas pour autant qu'il se refusait à quelques perversions, mais toujours en les assumant. Des qualités, après tout, il n'en avait jamais eu beaucoup, ou peut être lors de son enfance, quelques-unes s'étaient néanmoins perpétuées. Quelques fois, entre quelques erreurs de jeunesse, surgissaient générosité, calme, et une joie de vivre réelle. Plutôt que de voir le négatif, il ne pouvait cesser de voir le bon côté des choses, sans jamais réellement s'inquiéter du monde alentour. Peut être que ceci n'était que de l'inconscience, mais il aimait se dire que le monde était fait de telle manière qu'il fallait vivre sa vie comme on le souhaitait. Tout n'avait certes pas fonctionné au mieux, mais il se complaisait dans son propre monde.

Un instant, et le plancher craqua une seconde fois, mais cette fois-ci lourdement. Armée d'un regard de dédain, la patronne s'abaissa fragilement pour récupérer la pièce de métal, la jugeant d'une valeur assez grande pour retourner sur ses pas. Le dédain, était-ce tout ce qu'inspirait ce qu'il était devenu ? Un ninja qui n'avait plus le droit d'être respecté..


Mon Histoire, mon passé



Ecrire l'histoire de votre personnage, dix lignes minimum
yprum itidem insulam procul a continenti discretam et portuosam inter municipia crebra urbes duae faciunt claram Salamis et Paphus, altera Iovis delubris altera Veneris templo insignis. tanta autem tamque multiplici fertilitate abundat rerum omnium eadem Cyprus ut nullius externi indigens adminiculi indigenis viribus a fundamento ipso carinae ad supremos usque carbasos aedificet onerariam navem omnibusque armamentis instructam mari committat.

Advenit post multos Scudilo Scutariorum tribunus velamento subagrestis ingenii persuasionis opifex callidus. qui eum adulabili sermone seriis admixto solus omnium proficisci pellexit vultu adsimulato saepius replicando quod flagrantibus votis eum videre frater cuperet patruelis, siquid per inprudentiam gestum est remissurus ut mitis et clemens, participemque eum suae maiestatis adscisceret, futurum laborum quoque socium, quos Arctoae provinciae diu fessae poscebant.

Tu autem, Fanni, quod mihi tantum tribui dicis quantum ego nec adgnosco nec postulo, facis amice; sed, ut mihi videris, non recte iudicas de Catone; aut enim nemo, quod quidem magis credo, aut si quisquam, ille sapiens fuit. Quo modo, ut alia omittam, mortem filii tulit! memineram Paulum, videram Galum, sed hi in pueris, Cato in perfecto et spectato viro.


Et toi derrière l'écran, qui es-tu ?


Prénom/Pseudo :
Simon

Age :
19

Personnage sur votre avatar :
Gintoki (Gintama)

Passions :
//

Comment as-tu découvert le forum ? :
Lol.

Que penses-tu du forum ?
Trop bien mdr.

Code du règlement :
Validé par moi. Loule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Haosha Mizutirigi [70 %]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Préambule :: Commencement :: Présentations-